Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

michael blomkvist

  • La Trilogie Millénium

     

    millenium.jpg

    Millénium c'est environ 9 millions d'exemplaires vendus, un film en préparation, Stieg Larsson un auteur décédé brutalement, des histoires d'héritage et peut-être un quatrième manuscrit en sommeil quelque part. C'est aussi un livre qui n'existe pas en poche et coûte tout de même 23 euros (l'un, s'entend!!). Ça fait quand même réfléchir. Après être passé des dizaines de fois devant en criant bien fort que j'adorerais le lire si seulement il n'était pas si cher... On a finit par me l'offrir, heureux hasard. Le tome 1: les hommes qui n'aimaient pas les femmes. Et ça, c'est le piège.

    Les premières pages sont un peu difficiles, il faut pas mal de temps pour rentrer dans l'histoire et les noms suédois des lieux et des personnages sont déjà laborieux à lire alors à retenir, je ne vous en parle même pas. Mais une fois que vous connaissez un tant soit peu les personnages, vous êtes morts! Ils sont vraiment bien décrits, très intéressants et attachants, difficile de ne pas courir acheter les deux tomes suivants à peine refermer le premier. C'est donc ce que j'ai fait. Si le premier tome à une vraie fin, il faut savoir que ce n'est pas vraiment le cas du deuxième (la fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette) dont le réel dénouement ne se trouve que dans le troisième tome (la reine dans le palais des courants d'air). Je vous déconseille donc de les acheter séparemment, frustration assurée. Les histoires sont toujours très compliquée et très recherchée mais Stieg ne s'y perd pas une seconde et du coup, nous non plus. Je suis vraiment très impatiente de voir le rendu en film!

    Le troisième tome est à la fois celui qui contient les meilleurs passages, et les moins bons. Vers le milieu du livre, certaines révélations sont répétées de très nombreuses fois en raison des nombreux protagonistes, et l'historique de la vie de chacun toujours très poussé et un peu lassant. Puis la tension monte créchendo jusqu'aux pages du procès (je ne vous en dit pas plus) comparable à un feu d'artifices. Magnifique. Incapable de lâcher mon livre avant la dernière page, je me suis couchée à très exactement 5h21 du matin, ce qui ne m'était pas arrivé depuis Da Vinci Code. Quelques petits éléments non résolus me laissent cependant perplexe et me font soupçonner qu'il doit bel et bien exister un quatrième tome jalousement gardé. Alors pourvu que les histoires d'héritages se règlent rapidemment.